Acteurs

Actions

Ressources

Actualités

Marque Bretagne
Donnons du sens à l'économie

 L'ESS, acteur essentiel de l'économie circulaire et la valorisation des déchets en Bretagne

Réemploi et recyclage sont des secteurs investis de longue date par l’ESS, notamment pour favoriser l’insertion des personnes les plus éloignées de l’emploi. Leurs activités ont évolué avec la prise de conscience de la nécessité d’intensifier la sensibilisation, ainsi qu’avec l’évolution de la réglementation (instauration des filières à responsabilité élargie du producteur par exemple). Avec le positionnement croissant de grands groupes sur ce secteur d’activité, les modèles traditionnels portés par l’ESS sont donc poussés à poursuivre leur mutation et à ouvrir de nouvelles voies.

L’ESS, acteur historique de la valorisation des déchets

L’ESS a été historiquement présente très tôt dans les activités de réemploi et de recyclage (notamment avec les communautés Emmaüs). Intensives en main d’œuvre, elles constituent un véritable support d’insertion. Aujourd’hui, près de 150 structures de l’ESS sont présentes dans le paysage breton de la prévention et de la gestion des déchets. L’ESS est même leader dans certaines filières comme le textile.

Une palette d'activités variées :

  • Gestion de déchetteries
  • Collecte
  • Démantèlement
  • Préparation au réemploi, upcycling
  • Revente

Sur de multiples filières et gisements :

  • Textile
  • Equipements électriques et électroniques (D3E)
  • Papier
  • Vélo
  • Informatique
  • Mobilier

Certaines structures, telles que les communautés Emmaüs, les recycleries et ressourceries ont une activité généraliste et revendent une diversité d’objets du quotidien. Leur nombre est en forte croissance ces dernières années.

Des entreprises qui créent des emplois

Un forte intensité de main d'oeuvre

La majorité des acteurs de l’ESS dans le champ de l’économie circulaire mettent en œuvre des activités de réemploi et de recyclage. Celles-ci sont proportionnellement plus denses en main d’œuvre et donc en emploi, respectivement 7 000 et 250 emplois pour 100 000 tonnes de déchets contre 10 pour la mise en décharge selon l’ORDIF (observatoire régional des déchets d’Ile-de-France) et le bureau européen de l’environnement.

Des gisements encore sous-exploités

Et le potentiel inexploité de cette industrie, notamment du réemploi, reste important. Par le biais d'une politique volontariste dans le domaine, l'ADEME estime que 10 000 à 20 000 emplois peuvent être créés dans le domaine (ADEME, 2013). La professionnalisation du secteur doit tenir un rôle central puisque le bénévolat dans les structures de l'ESS représente un équivalent d'environ 5 000 ETP.

Les acteurs historiques de l’ESS ont été fortement concurrencés par des grands groupes avec la mise en place des filières à responsabilité élargie du producteur qui ont solvabilisé une partie de ce marché. Certains ont pu se positionner en sous traitance ou en co-traitance de grands groupes dans le cadre de la responsabilité sociétale des entreprises. Par exemple, l’un des plus grands centres européens de regroupement d’équipements électriques et électroniques en fin de vie est exploité à Lorient par l’entreprise d’insertion Retrilog, en partenariat avec Véolia.

Des activités qui sensibilise les citoyens à l’économie circulaire

Dans le contexte de la loi sur la transition énergétique qui fixe d’ambitieux objectifs de réduction des déchets, la sensibilisation du grand public joue un rôle important.
A côté de leur activité directement liée au réemploi et au recyclage, nombre de structures de l’ESS assurent une mission de prévention et de sensibilisation :

  • Interventions en milieu scolaire
  • Manifestations publiques
  • Ateliers de création à partir de matériaux de réemploi
  • Visites d’équipement

La recyclerie Un peu d’R à Brest propose ainsi des ateliers de détournement d’objets dans des grandes surfaces de bricolage, et accueille régulièrement un repair café.

Une réponse aux besoins sociaux

Les acteurs de l’ESS ont une capacité à innover au service des besoins sociaux non couverts, par exemple en facilitant l’accès à des biens de nécessité à un coût réduit. Ainsi, l’entreprise d’insertion Envie, à travers le projet Envie Autonomie 35, redonne vie depuis 2016 à du matériel médical usagé (lit médicalisé, déambulateur, fauteuil roulant…) qu’elle vend ou loue ensuite à petit prix. Ces structures sont des interlocuteurs privilégiés pour rechercher des réponses nouvelles à des problématiques locales, aux côtés des collectivités et des entreprises.

Un réseau régional, des démarches locales

Une étude réalisée en 2015-2016 a fait émerger des besoins de structuration de leurs organisations dans les secteurs d’activité de l’économie circulaire. Un réseau régional doté d’un plan d’action est né de cette étude. L’animation est assurée par la Cress Bretagne, qui peut être sollicitée par les acteurs, les collectivités, les entreprises pour les enjeux liés aux structurations départementales et régionales de filières, de recensement des acteurs et d’animation de démarches collectives.

Au niveau local, certains pôles de développement de l’ESS assurent l’animation de dynamiques en lien avec l’économie circulaire: les EcoNautes, pôle territorial de coopération économique, co-animé par RESO solidaire sur le pays de Rennes et le projet « Coopérer et innover pour l’économie circulaire » animé par l’ADESS du Pays de Morlaix.

Sur les autres territoires, les pôles de développement de l’ESS et les TAg BZH (propulseurs d’entrepreneuriat collectif et d’accompagnement à la création d’entreprises de l’ESS) sont des interlocuteurs pour l’animation de démarches collectives ou de création d’activité en lien avec l’économie circulaire.

Reset...

Actualités

>> Toutes les actualités

Ils nous soutiennent
Région bretagne
Finitère
Ille et vilaine
République Francaise
Brest
Rennes Métro
Caisse des dépot
Caisse d'épargne
Crédit agricole
Credit mutuel
Chorum