Portail de l'Economie Sociale et Solidaire en Bretagne

Habitat Eco-construction Logement social
Services aux personnes Jeune enfant Parentalité
Santé Social Handicap
Finance Banque Assurance
Emploi Insertion Formation
Solidarité internationale
Education Culture
Territoires Agriculture Environnement Développement durable
Loisirs Sport Tourisme
Consommation responsable Commerce équitable
Education populaire socio-culturel
Tous secteurs d'activités confondus
Europe
National
Bretagne
Côtes d'Armor
Finistère
Ille et Vilaine
Morbihan
Pays de Brest
Pays du Centre Bretagne
Pays du Centre Ouest Bretagne
Pays de Cornouaille
Pays de Dinan
Pays de Fougères
Pays de Guingamp
Pays de Lorient
Pays de Morlaix
Pays de Ploërmel
Pays de Pontivy
Pays de Rennes
Pays de St Malo
Pays du Trégor Goëlo
Pays de Vallons de Vilaine
Pays de Vannes
Pays de Vitré
Association
Coopérative
Fondation
Mutuelle
Pöles de développement
Observatoire de l'ESS
Accueil > Actualités rediffusées > Martine Pinville lance les « investissements à impact social » : qu’en dire ?

Martine Pinville lance les « investissements à impact social » : qu’en dire ?

Envoyer Imprimer PDF
contrat_impact_social Prenant acte du fait que l’Etat n’a plus les moyens d’aider à l’investissement dans le social à hauteur des besoins, il s’inspire des « Impact social bonds » pour en donner une version française. Martine Pinville, secrétaire d’Etat à l’ESS, a lancé le 15 mars un appel à projets susceptibles de recevoir des financements privés dans le cadre de « contrats à impact social ».

Comme le dit Ressources solidaires, "Le contrat à impact social est un nouvel outil que le Gouvernement met en place pour répondre aux besoins sociaux comme l’exclusion, l’illettrisme ou encore la dépendance, par des solutions innovantes. Il s’agit d’offrir aux acteurs sociaux un accès sécurisé et transparent à des investissements privés pour expérimenter et mener à bien des programmes sociaux ambitieux et innovants."

Depuis son lancement, cet appel à projet fait l’objet de réactions variées, soit de structures qui se lancent dans le dispositif (la Sauvegarde, dans le Nord, par exemple) soit de structures qui alertent sur le « franchissement d’un nouveau pas vers l’inscription de l’action sociale et médico-sociale dans le cadre du marché.» et sur la rémunération du seul privé lucratif en récompense (Association Don Bosco, Finistère), soit encore celle du Haut-commissariat à la vie associative qui donne son avis suite à la demande du Ministre en charge de la vie associative : "Le Haut Conseil à la vie associative partage la volonté d’innover dans le cadre du financement d’actions utiles à tous et particulièrement aux populations les plus défavorisées. Il appelle toutefois les pouvoirs publics à une grande vigilance dans l’utilisation d’un mode de financement qui devrait être encadré par la loi, par les recommandations de l’OCDE et celles, complémentaires, du présent avis. Il exprime des réserves quant à un appel à projets qui serait lancé sans expérimentation préalable et évaluation associant l’ensemble des parties concernées, publiques et privées."
Favoriten Twitter Facebook
Mis à jour ( Vendredi, 01 Avril 2016 09:07 )  
·
Réalisé par GENIOUS Interactive 1993 - 2016